Polynésie française: journalistes sous contrôle

Derrière les images de cartes postales, la Polynésie française cache les difficultés des journalistes à exercer leur profession. Sur ces îles du Pacifique faisant partie intégrante de la République française, la presse n'est pas aussi libre qu'on pourrait le penser. Promiscuité, pressions ou connivence, enquête sur les conditions d'exercice du journalisme d'investigation à 18 000 km de la métropole.

"Une décision du Conseil d'Etat de fin 2013 expliquait très bien que Flosse voulait la fin des Nouvelles de Tahiti.
Les menaces proférées publiquement étaient claires", indique l'historien Jean-Marc Régnault.

"On avait tous écrit sur eux, sur leurs magouilles, sur les scandales dans lesquels ils étaient impliqués. Puis ils sont devenus nos patrons. Là, on tremblait tous de l'intérieur."

29 avril 2014, le groupe de presse Media Polynésie est racheté par un investisseur local, Dominique Auroy, propriétaire, entre autres, de vignobles et Pierre Marchesini, un autre homme d'affaires. Ils arrivent à la tête d'un groupe dont un des journaux n'a pas hésité à relater leurs démêlés avec la justice. Fin mai, Les Nouvelles de Tahiti, le quotidien en question, ferme ses portes, après cinquante-sept ans d’existence et 16 602 numéros. Les vingt-deux journalistes de la rédaction sont répartis dans les autres titres de Media Polynésie. L'un d'eux, sous couvert d'anonymat, révèle que lors d'une réunion suivant le rachat, un des nouveaux propriétaires aurait affirmé : "La déontologie on s'en fout. On est là pour faire du business".

 

Une chape de plomb

Depuis le milieu des années 70, un homme est incontournable dans la vie politique polynésienne: Gaston Flosse. Plusieurs fois président entre 1984 et 2004, puis de nouveau en 2013, le politique impose des méthodes controversées sur les archipels. Gérard Davet et Fabrice Lhomme, journalistes au Monde, en dressent le portrait dans leur livre L'homme qui voulut être roi (plus d'informations).

Rudy Bessard de l'université de Pau, auteur d'une thèse consacrée à Gaston Flosse intitulée Pouvoir personnel et ressources politiques, rappelle que l'ancien président polynésien est l’instigateur de plusieurs médias durant son mandat: l’Agence tahitienne de presse (ATP), surnommée “Aime Ton Président”, qui couvrait l’action institutionnelle avec le point de vue du gouvernement et Tahiti Nui Television (TNTV). Cette chaîne privée employait la journaliste Cybèle Plichart quand un de ses reportages, dénonçant un drame écologique à Bora Bora, a été diffusé sur France 2. Les dirigeants de TNTV prennent alors la décision de la licencier. Cybèle explique :

“Officiellement, on m'a remerciée parce que je n’étais pas bilingue français-tahitien. La raison officieuse est que j’avais fait un reportage véhiculant une image négative de la perle du Pacifique."

Les journalistes se rappellent avec effroi de la présidence Flosse. Pierre-Emmanuel Garot, journaliste à Polynésie Première, travaille à Papeete depuis mai 2003. En septembre de la même année, il enquête sur la disparition du bateau Tahiti Nui IV, dont le gouvernement veut occulter le mauvais entretien. "La présidence de Polynésie me faisait suivre par sa milice d'espionnage. À l'époque, Yves Haupert (ndlr : conseiller en communication et directeur du service presse sous la présidence de Gaston Flosse) voulait porter plainte contre moi."

Mais l'affaire la plus emblématique du contrôle de la presse par le pouvoir polynésien reste la disparition mystérieuse de Jean-Pascal Couraud, alias "JPK". En 1997, l'ex-rédacteur en chef des Nouvelles de Tahiti et détracteur de la politique flossienne s'évanouit dans la nature sans laisser de trace. L'enquête, toujours en cours, a mis en cause des proches de Gaston Flosse.

En 2004, Oscar Temaru, opposant indépendantiste de Gaston Flosse, accède à la présidence. C'est la période du "Taui", du renouvellement politique. Après une décennie difficile, les rapports entre pouvoir et journalistes se détendent, comme nous le confirme Teiva Roe, rédacteur en chef adjoint de Polynésie Première : "La parole est aujourd'hui plus libre. L'ambiance était bien différente avant le Taui". Un journaliste local nuance néanmoins:

"Avec le retour de Gaston Flosse en mai 2013, on sent qu’une chape de plomb s’est de nouveau installée sur la Polynésie. Certains me disent que ça doit être enthousiasmant de faire du journalisme dans ce contexte. En réalité, c’est juste chiant, parce qu’on ne peut pas faire notre métier correctement.”

 

Le microcosme polynésien

La Polynésie représente 270 000 habitants. "La faible démographie explique les rapports de proximité et l’impossibilité de dire toute la vérité sans se mettre à dos une partie de ses amis. La liberté exige un certain anonymat”, précise l’historien Jean-Marc Regnault, auteur de Le Pouvoir confisqué en Polynésie française aux éditions Les Indes savantes (2005). Mais difficile pour les journalistes comme Micaël Taputu, employé aux Nouvelles jusqu'à leur fermeture en 2014 puis brièvement à La Dépêche, d’assurer cette discrétion et cet anonymat à leurs sources.

"Le terme microcosme prend tout son sens à Tahiti. [...] Facile de trouver des témoins pour un reportage sur le prix des bananes et du coco. Pour des sujets sensibles, anonymat total, voire reprise des informations à titre personnel de la part du journaliste. Tout témoignage entraîne des répercussions."

Micaël Taputu raconte que Gaston Flosse l'a appelé après la publication d'un article en 2013. Micaël y dévoilait les intentions du parti autonomiste, le Tahoeraa, présidé par M. Flosse, de créer de nouveaux impôts en cas de retour au pouvoir. "Il m'a dit qu'il n'avait jamais tenu de tels propos, que j'inventais des conneries. Je lui ai indiqué que je citais Edouard Fritch, son "fils spirituel". Il m'a raccroché au nez [...] Il faut assumer ce qu'on écrit, parce qu'on n'hésitera pas à mentir et nous dénigrer publiquement plutôt que d'admettre la véracité de nos écrits, et de nos infos." Oscar Temaru, principal opposant de Gaston Flosse, a parfois lui aussi des rapports conflictuels avec la presse.“La volée de bois vert est plus directe dans son cas, explique Micaël. Mécontent de mes articles sur sa gestion de la mairie de Faa’a, il n’a pas hésité à me dire de dégager quand j’ai tenté de lui demander une interview.”

Pierre-Emmanuel Garot, de Polynésie Première, explique:

"Les politiques sont persuadés que les journalistes sont à leur service. C'est l'ORTF des années 1960"

"Les conditions de travail des journalistes sous la présidence de Gaston Flosse sont déplorables, confirme l'historien Jean-Marc Régnault. La menace est perpétuelle et implicite, mais suffisante pour créer le malaise et la peur."

 

Journalistes sous pressions

Depuis le retour du Tahoeraa et de Gaston Flosse au pouvoir en 2013, les méthodes ont changé. Dorénavant, la pression s'exerce sur les journalistes par le biais économique et financier. Aujourd'hui, le seul média écrit polynésien, La Dépêche de Tahiti, tiré chaque jour à 15 000 exemplaires, est contrôlé fermement par ses actionnaires, Dominique Auroy et Pierre Marchesini. Ils vérifient le moindre article concernant la politique et le gouvernement. Seules les informations officielles survivent à ce filtre, confie un ancien journaliste des Nouvelles de Tahiti .

"Les autres médias sortaient les infos, et nous, on passait juste pour des nuls."

Certains médias parviennent encore à conserver leur indépendance et leur liberté de ton, comme Polynésie Première, la chaîne de télévision publique. Pierre-Emmanuel Garot et Cybèle Plichart, membres de la rédaction, affirment n'avoir jamais été censurés par leur direction, et ont accepté de témoigner beaucoup plus librement. Teiva Roe explique:

"Nous avons un statut particulier à Polynésie Première. Notre budget dépend uniquement de France Télévisions. Aussi, nous avons une marge de manœuvre bien plus grande."

Quand on les interroge sur l'avenir du journalisme d'investigation en Polynésie, les principaux acteurs sont partagés. La plupart de ceux que nous avons interrogé sont confiants, comme Teiva Roe : "Le journalisme d'investigation aura toujours de l'avenir tant qu'il y aura des politiques, des hommes d'affaires, des personnes qui ne repecteront pas la loi et leurs électeurs". Mais lorsqu'on interroge ceux qui ont été mis en dehors du circuit, le futur paraît moins brillant. Licencié début octobre 2014 de La Dépêche, Micaël Taputu se montre moins optimiste:

"Sauf à ce qu'apparaisse un Médiapart local, le journalisme en Polynésie et son grand frère le journalisme d’investigation intègreront rapidement le Panthéon des légendes urbaines."

Comme lui, Jean-Marc Regnault ne se fait pas d'illusion: “Après Flosse, d’autres corrupteurs naîtront ! C’est la société qui doit se réformer. Une révolution des mentalités est souhaitable.”

 

Pierre Marchesini: "Il faut arrêter de penser journalisme d'investigation dans un petit pays"

Pierre Marchesini, nommé co-gérant du groupe Media Polynésie, puis directeur de publication de La Dépêche de Tahiti, a accepté de répondre à nos questions sur le journalisme d'investigation en Polynésie française. Sur la fermeture des Nouvelles de Tahiti, il affirme:

"D’abord Les Nouvelles ont massacré de grands groupes économiques de la Polynésie et ensuite de ça, sont allées chercher leurs annonces. Et ces gens-là ont dit : vous êtes bien gentils, mais débrouillez vous sans nous. Voilà pourquoi Les Nouvelles ont fermé et pourquoi les journalistes qui ont voulu faire de l’investigation se sont tout simplement fourvoyés et n'ont pas suivi les règles qu’il y a dans une petite communauté de respecter tout le monde."

 

Vaihere Tauotaha et Thomas Evrard

decryptage

industrie

Enquête à livre ouvert

Enquête à livre ouvert

Frustrés par la cadence et le manque d'espace dans leurs journaux, un nombre croissant de journalistes ont choisi le livre pour publier leurs investigations. Certaines tomberont dans l'oubli, d'autres feront les gros titres. Trois enquêteurs-écrivains et une éditrice nous révèlent leurs secrets de fabrication.

Lire la suite...

Journalisme d'investigation: et après?

Journalisme d'investigation: et après?

Mediator, sang contaminé, écoutes de la NSA : quand ces affaires sont publiées, le scandale éclate... et après? Quelques semaines, quelques mois, quelques années plus tard, que reste-t-il de ces enquêtes? Le Mediator : un exemple de l'effet de la pression journalistique

Lire la suite...

L'avocat au secours du journaliste

Etre journaliste d'investigation, c'est souvent jouer avec le risque du procès. Et pour éviter la condamnation, avant de publier une enquête, l'aide d'un avocat peut s'avérer utile.

Lire la suite...

L'enquête, un défi pour la presse locale

L'enquête, un défi pour la presse locale

Quels sont les moyens alloués aux journalistes de la presse locale pour enquêter ? La Fabrique de l'info est partie à la rencontre des rédacteurs qui tentent d'apporter une plus-value à leur Quotidien.

Lire la suite...

L'investigation à la marseillaise

L'investigation à la marseillaise

A Marseille, les journalistes qui souhaitent faire de l'investigation rencontrent de nombreux obstacles. Qu’ils soient indépendants ou qu’ils rédigent pour un quotidien régional, ils font face aux mêmes difficultés et tentent de franchir les barrières dressées sur leur route dans un même but : dévoiler le côté obscur de la ville.  

Lire la suite...

Petit écran : coup de projecteur sur l'investigation

Le 15 septembre 2014, l’émission d’investigation En quête d’actualité, diffusée sur D8, a été épinglée par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) pour son reportage intitulé " J’ai infiltré une section du Front National", tourné en caméra cachée pendant la campagne municipale d’Hugues Sion à Lens (Pas-de-Calais). La polémique a relancé le débat autour de la légitimité des procédés d’investigation à la télévision, et interroge également la crédibilité des journalistes ainsi que la mise en scène de ces enquêtes.

Lire la suite...

Polynésie française: journalistes sous contrôle

Polynésie française: journalistes sous contrôle

Derrière les images de cartes postales, la Polynésie française cache les difficultés des journalistes à exercer leur profession. Sur ces îles du Pacifique faisant partie intégrante de la République française, la presse n'est pas aussi libre qu'on pourrait le penser. Promiscuité, pressions ou connivence, enquête sur les conditions d'exercice du journalisme d'investigation à 18 000 km de la métropole.

Lire la suite...

Quand les journalistes enquêtent sur le journalisme

"J’ai un excellent souvenir de cette enquête: L’Équipe, j’y allais tous les jours, j’étais comme à la maison". Le journaliste David Garcia a pris deux ans pour enquêter sur L’Équipe, quotidien sportif de référence. Une investigation impossible? "Ça n’a pas été l’enquête la plus difficile de ma carrière, mais la plus prenante". Un milieu fermé? "Tous les journalistes ont été bavards". Des méthodes différentes? "Ce sont exactement les mêmes méthodes, les mêmes techniques. Sauf que les journalistes m’ont ouvert leur rédaction".

Lire la suite...

Sport: l'investigation à la limite du hors-jeu?

Sport: l'investigation à la limite du hors-jeu?

Corruption, dopage, paris truqués… Le milieu du sport ne manque pas de zones d’ombres. Autant de sujets potentiels sur lesquels travailler pour des journalistes d’investigation. Pourtant, la place réservée à ces enquêtes est réduite à portion congrue. La presse spécialisée, proche des acteurs, ne semble pas vouloir s’en emparer. Pour les médias généralistes, enquêter sur les affaires du sport n’est pas non plus une évidence…

Lire la suite...

Webjournalisme: ma source s'appelle 72.678.456.393

Webjournalisme: ma source s'appelle 72.678.456.393

Trois milliards d'internautes dans le monde. Autant de collaborateurs potentiels pour les journalistes d'investigation. Par Twitter, Facebook, Skype ou Wikileaks, le Net est devenu incontournable pour mener une enquête. Mais avec des sources anonymes et virtuelles, le journaliste doit repenser ses méthodes. Concert de Muse à Paris - Photo: James Cridland - Licence Creative Commons

Lire la suite...

“Etre journaliste d’investigation, c’est accepter que ta vie soit sur écoute, violée”

“Etre journaliste d’investigation, c’est accepter que ta vie soit sur écoute, violée”

Ils ont six cartes SIM, annulent leurs vacances la veille du départ pour obtenir une information, retrouvent leurs poubelles fouillées, leurs pneus crevés. En s’attaquant entre autres aux narcotrafiquants et aux secrets d’Etat, les journalistes d’investigation deviennent des cibles. Leur entourage aussi.  

Lire la suite...

Face aux lobbies: comment les journalistes déjouent «la fabrication du doute»

Face aux lobbies: comment les journalistes déjouent «la fabrication du doute»

Bisphénol A : rarement un polluant n’a été si présent dans notre environnement. Les industriels en raffolent… mais sa toxicité semble avérée et ses fabricants n’ont pas l’intention de le laisser interdire. Des journalistes et des écrivains ont enquêté sur ce produit qui disent-ils "nous intoxique". Décryptage.

Lire la suite...

Journalistes et ONG au cœur de l'enquête

Journalistes et ONG au cœur de l'enquête

Le journalisme d'investigation sur les multinationales est confronté à de nombreux défis à l'heure d'une économie mondialisée dans lequel les flux financiers circulent aux quatre coins de la planète. Le conflit qui oppose les habitants de Santa-Cruz de Barillas dans le nord du Guatemala à une entreprise espagnole d'hydro-électricité est emblématique de ces nouvelles évolutions.

Lire la suite...

Nestlé : le géant qui murmure

Nestlé : le géant qui murmure

"Un Empire en Afrique", "Un Empire dans mon assiette", "Nestlé, le business de l’eau en bouteille" ou "Les Alimenteurs" sont autant de documentaires télévisés qui fouillent les intentions du premier groupe agroalimentaire au monde Nestlé. Comment ces journalistes enquêtent-ils sur les multinationales de l’agroalimentaire? Nestlé répond-il aux demandes des journalistes?

Lire la suite...

Comment enquêter sur l'État islamique?

Comment enquêter sur l'État islamique?

Pénétrer au cœur de l’État islamique représente pour tout journaliste un défi qui frôle l’impossible. Mais Medyan Dairieh, journaliste palestinien, y est parvenu. Pendant dix jours, il a filmé pour Vice News les combattants du groupe djhadiste à Rakka, en pleine Syrie, le pays le plus meurtrier pour les reporters. Forts de leur expérience sur le terrain, David Thomson et Hala Kodmani pointent les qualités et les insuffisances de ce reportage unique.

Lire la suite...

Écoute-moi si tu peux

Écoute-moi si tu peux

“L'espionnage gratuit, à portée de tous” selon Yann Saint-Sernin, voilà ce qui nous tend les bras. Le journaliste de Sud-Ouest a réussi très facilement à mettre sur écoute Yves Harté, le directeur de l'information du journal, avec son consentement. Les écoutes ne sont donc plus l’apanage de la NSA, de la CIA ou du MI-6, mais disponibles pour tous, journalistes y compris. Tous écoutés et tous écoutants, alors ? Et les journalistes souffrent-ils, voire même, utilisent-ils ces nouvelles méthodes

Lire la suite...

El Mundo: chien de garde muselé?

El Mundo: chien de garde muselé?

  El Mundo, deuxième quotidien généraliste le plus lu, se présente comme le fier tenant du journalisme d’investigation en Espagne. Le titre a révélé des affaires qui ont étrillé les sphères du pouvoir et des finances. Aujourd’hui, le journal est dans l’œil du cyclone de la crise financière, et sa crédibilité est de plus en plus remise en cause.

Lire la suite...

Enquêtes sans frontières: la France à l’écart

Avril 2013, une étrange organisation fait la une des médias. Au détour des révélations du Monde sur la participation de Jean-Jacques Augier, l’ancien trésorier de campagne de François Hollande, dans des sociétés offshores, les journalistes français semblent découvrir l’International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ).

Lire la suite...

Filières jihadistes: comment enquêter?

Filières jihadistes: comment enquêter?

Mercredi 16 octobre 2014, un Marocain résidant en France est arrêté à l’aéroport de Casablanca alors qu’il tentait de rejoindre Daesh par la Turquie avec ses deux petites filles.

Lire la suite...

Journalisme et services secrets, les liaisons dangereuses

Journalisme et services secrets, les liaisons dangereuses

Le journalisme d'investigation s'évertue a révéler l'information cachée, secrète. Sur son chemin, il croise parfois la route des services secrets. Quels rapports entretiennent deux professions qui – finalement – travaillent la même matière : l'information ? Rencontre avec les journalistes qui évoluent en terrain miné.

Lire la suite...

L'Éléphant Déchaîné: tentatives d'investigations en Côte d'Ivoire

L'Éléphant Déchaîné: tentatives d'investigations en Côte d'Ivoire

Devanture d'un vendeur de journaux. Devant la "titrologie", les Ivoiriens aiment se réunir pour commenter l'actualité.   "C'est extrêmement dangereux, nous sommes pratiquement au quotidien menacés de mort, menacés d'enlèvement. On reçoit des mails, souvent très précis, sur notre vie, sur nos enfants. Donc, le contexte n'est pas très favorable à ce genre de journalisme."

Lire la suite...

Les 11 commandements de l'État islamique aux journalistes

Le 7 octobre, Syria Deeply, un pureplayer spécialisé dans le conflit syrien, publiait une liste de onze règles édictées par l’État islamique à l’attention des journalistes de la région de Deir-al-Zour. Ignacio Cembrero, du quotidien espagnol El Mundo, spécialiste du djihadisme, décrypte pour La fabrique de l’info ces “Onze commandements” :

Lire la suite...

Patrick Denaud : le journaliste devenu agent secret

Patrick Denaud : le journaliste devenu agent secret

Journaliste et agent secret, un dangereux mélange des genres. Patrick Denaud, caméraman aguerri, plonge dans l'univers des services secrets au début des années 90. Il y collabore jusqu'en 2002 sous couverture de journaliste. Une histoire hors norme.

Lire la suite...

Sénégal: quand le fils du président met à l'épreuve le journalisme d'investigation

Sénégal: quand le fils du président met à l'épreuve le journalisme d'investigation

Karim Wade, le fils de l'ancien président du Sénégal est soupçonné d'enrichissement illicite. Il comparait à l'automne 2014 devant la justice. Entre le début de l'affaire et la tenue du procès, la presse d'investigation sénégalaise fut au centre d'une série de révélations sur le sujet.Travail d'enquête, sources, pressions et autocensure. État des lieux du journalisme d'investigation au Sénégal par le prisme de l'affaire Wade.

Lire la suite...