“Etre journaliste d’investigation, c’est accepter que ta vie soit sur écoute, violée”

Ils ont six cartes SIM, annulent leurs vacances la veille du départ pour obtenir une information, retrouvent leurs poubelles fouillées, leurs pneus crevés. En s’attaquant entre autres aux narcotrafiquants et aux secrets d’Etat, les journalistes d’investigation deviennent des cibles. Leur entourage aussi.

journalisme investigation

 

“C’est une peur qui paralyse. Qui prend au ventre. On pénètre dans cet appartement, dans l’une des villes les plus dangereuses du Mexique où quinze journalistes ont déjà trouvé la mort. On découvre ce cadavre sur le sol, à peine refroidi par la balle du tireur à gage. Le photographe que j’accompagne prend vite une photo, craignant que l’assassin vienne vérifier si la victime est bien morte. C’est une poussée d’adrénaline extrême. A tout moment, il peut revenir. Nous repartons, le soir, en revenant à l'hôtel, on s’observe. Et soudain on déverse tout ce qu’on peut en faisant des blagues macabres, il faut que ça sorte. À mon retour en France, j’en ai fait des cauchemars pendant six mois."

Quand Sophie* raconte le reportage qui l’a le plus marqué en plus de 35 ans de carrière, elle nous transporte tout droit dans une scène de crime digne de séries télévisées. Journaliste d’investigation pour El Proceso, un hebdomadaire mexicain, elle est maintenant correspondante a Paris.

“La passion du métier”. C’est ce qui l’anime encore aujourd’hui, l'amène à prendre de tels risques pour écrire une enquête. Et c’est cette même passion qui lui a coûté son premier mariage.

“Dès que j’ai commencé à faire des reportages dangereux, j’ai pris la décision de ne pas avoir d’enfants. Je ne voulais pas prendre le risque de me faire tuer et de laisser des enfants sans mère. Mon ex mari en désirait, nous avons divorcé.”

Aujourd’hui remariée, 68 ans, elle explique que la seule chose qui pourrait la faire arrêter de travailler serait “l’affaire de trop".

Ils se font cambrioler, suivre dans la rue, retrouvent leurs pneus crevés. Parce qu’ils fouillent ce qui est caché du grand public en traquant la corruption et les abus du pouvoir, les journalistes d’investigation prennent des risques au quotidien et s’exposent à des représailles. Dans certains pays, ils sont menacés, parfois violés ou tués à la suite d’un article. "On est le moustique qui vient les emmerder", explique Sophie.

Ancien journaliste à l’Est Republicain, Marcel Gay en a fait les frais. Après avoir révélé des abus de corruption dans sa région, il est passé de la casquette de journaliste à celle de maquettiste pour son journal.

“Pendant six ans, on m’a enlevé ma plume, parce que des gens influents ont fait pression sur le chef de la rédaction de l'époque."

 

Protéger sa famille, ses sources, soi-même...

“Parfois, votre vie ne vous appartient plus, elle est sous surveillance, comme violée”, confie Sophie. Pour se protéger, chacun y va de ses propres précautions. Certains de ses collègues ne s’assoient jamais en terrasse d’un restaurant et se dirigent toujours vers le fond pour éviter de se faire tirer dessus depuis la rue.

“On développe une forme de paranoïa. On regarde systématiquement dans le rétroviseur lorsque l’on monte dans un taxi. On ôte la batterie lorsque l’on part interviewer une source, pour ne pas être géolocalisé."

“Quand ça devient vraiment dangereux, la rédaction engage un garde du corps. C’est arrivé à un collègue, il ne voyait même plus ses amis", déplore-t-elle, faisant ainsi grandir le sentiment d’isolement. L’impression que l’on ne peut se confier à personne, pour préserver les gens que l’on aime.

Mais ces précautions ne suffisent pas toujours, et certains journalistes sont obligés de prendre des décisions extrêmes, comme Lydia Cacho, journaliste mexicaine, qui a dû quitter temporairement le Mexique. Après avoir dénoncé les violences faites aux femmes et aux enfants, elle avait reçu un message de menace : “Ne nous cherche pas ou on va te renvoyer à la maison en morceaux".

À Paris, la Maison des journalistes fait office de refuge pour les reporters en danger. Majoritairement de Syrie ou d’Afrique, certains ont été torturés, menacés de morts, ou ont perdu des membres de leur famille suite à leurs publications. “La première chose à faire quand ils arrivent, c’est lancer les demandes pour qu’ils obtiennent le statut de réfugié. On leur offre un logement, des tickets restaurants, une sécurité. Ensuite, s’ils en montrent le besoin, on les oriente vers la cellule de soutien psychologique", explique Frederic Roy, travailleur social au centre d’accueil.

“En 10 ans, nous avons accueilli 300 journalistes. Nous n’avons que treize chambres, que les reporters, isolés de leur famille, occupent environ sept mois.”

Victimes de leur succès, ils refusent en moyenne une demande sur deux.

À l’association Primo Levi, à Paris, parmi les réfugiés, des journalistes d’investigation sont accueillis et pris en charge par une équipe pluridisciplinaire (psychologues, médecins, assistants sociaux, juriste). Peurs, hallucinations, agressivité incontrôlable, troubles de la concentration, cauchemars, amnésie, culpabilité… Josephine Vuillard, qui accueille parfois les réfugiés au centre, explique que “la torture psychologique se mêlant dans la plupart des cas aux violences physiques, ils en sont sortis très profondément traumatisés et abîmés dans leur corps comme dans leur esprit".

 

Apprendre à composer

Mais si le tableau n’est pas si noir pour tous, comme confie Karl Laske, journaliste pour Mediapart et également père de cinq enfants qui n’a jamais subi de représailles, la vie de journaliste d’investigation implique des compromis. “On est souvent très pris. Alors pour voir mes proches, j’essaie de passer mes soirées en famille, et à 23h, quand tout le monde se couche, il m’arrive de travailler jusqu’à 4h du matin”. S’il n’a jamais reçu de menaces, l’un de ses collègues a dû interrompre une enquête sur la Corse, après avoir retrouvé sa maison criblée d’impacts de mitraillette.

De son côté, Antonio Rubio, journaliste pour El mundo en Espagne, dit que dans son couple, c’est sa femme le héros. Pilar, son épouse, avoue que ça n’a pas toujours été simple : "Quelques fois, en tant que femme, tu te sens très seule. Nous avons eu des jumeaux. C’est très dur d’avoir deux enfants en même temps et de subir des pressions." Elle raconte ne jamais dire où ils partent en vacances, n’aime pas parler par téléphone et a toujours la sensation d’être sur écoute. Des habitudes qu’elle a prises lorsque les enfants étaient encore petits.

“Après un article d’Antonio sur les groupes antiterroristes de libération en Espagne, nous avons reçu des menaces. Pendant quelque temps, les enfants étaient escortés par la police pour se rendre à l’école."

Aujourd’hui, les enfants ont grandi, sortent seuls, et sont davantage exposés. Mais à la question ; et si vos enfants vous disaient demain qu’ils veulent devenir journaliste d’investigation, que répondriez-vous ? Pilar affirme : “Je leur dirais si c’est une passion et que c’est ce que tu veux faire, alors fonce."

Audrey Parfait

Crédit photo: Éric Constantineau

 

* le prénom a été changé.

 

decryptage

industrie

Enquête à livre ouvert

Enquête à livre ouvert

Frustrés par la cadence et le manque d'espace dans leurs journaux, un nombre croissant de journalistes ont choisi le livre pour publier leurs investigations. Certaines tomberont dans l'oubli, d'autres feront les gros titres. Trois enquêteurs-écrivains et une éditrice nous révèlent leurs secrets de fabrication.

Lire la suite...

Journalisme d'investigation: et après?

Journalisme d'investigation: et après?

Mediator, sang contaminé, écoutes de la NSA : quand ces affaires sont publiées, le scandale éclate... et après? Quelques semaines, quelques mois, quelques années plus tard, que reste-t-il de ces enquêtes? Le Mediator : un exemple de l'effet de la pression journalistique

Lire la suite...

L'avocat au secours du journaliste

Etre journaliste d'investigation, c'est souvent jouer avec le risque du procès. Et pour éviter la condamnation, avant de publier une enquête, l'aide d'un avocat peut s'avérer utile.

Lire la suite...

L'enquête, un défi pour la presse locale

L'enquête, un défi pour la presse locale

Quels sont les moyens alloués aux journalistes de la presse locale pour enquêter ? La Fabrique de l'info est partie à la rencontre des rédacteurs qui tentent d'apporter une plus-value à leur Quotidien.

Lire la suite...

L'investigation à la marseillaise

L'investigation à la marseillaise

A Marseille, les journalistes qui souhaitent faire de l'investigation rencontrent de nombreux obstacles. Qu’ils soient indépendants ou qu’ils rédigent pour un quotidien régional, ils font face aux mêmes difficultés et tentent de franchir les barrières dressées sur leur route dans un même but : dévoiler le côté obscur de la ville.  

Lire la suite...

Petit écran : coup de projecteur sur l'investigation

Le 15 septembre 2014, l’émission d’investigation En quête d’actualité, diffusée sur D8, a été épinglée par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) pour son reportage intitulé " J’ai infiltré une section du Front National", tourné en caméra cachée pendant la campagne municipale d’Hugues Sion à Lens (Pas-de-Calais). La polémique a relancé le débat autour de la légitimité des procédés d’investigation à la télévision, et interroge également la crédibilité des journalistes ainsi que la mise en scène de ces enquêtes.

Lire la suite...

Polynésie française: journalistes sous contrôle

Polynésie française: journalistes sous contrôle

Derrière les images de cartes postales, la Polynésie française cache les difficultés des journalistes à exercer leur profession. Sur ces îles du Pacifique faisant partie intégrante de la République française, la presse n'est pas aussi libre qu'on pourrait le penser. Promiscuité, pressions ou connivence, enquête sur les conditions d'exercice du journalisme d'investigation à 18 000 km de la métropole.

Lire la suite...

Quand les journalistes enquêtent sur le journalisme

"J’ai un excellent souvenir de cette enquête: L’Équipe, j’y allais tous les jours, j’étais comme à la maison". Le journaliste David Garcia a pris deux ans pour enquêter sur L’Équipe, quotidien sportif de référence. Une investigation impossible? "Ça n’a pas été l’enquête la plus difficile de ma carrière, mais la plus prenante". Un milieu fermé? "Tous les journalistes ont été bavards". Des méthodes différentes? "Ce sont exactement les mêmes méthodes, les mêmes techniques. Sauf que les journalistes m’ont ouvert leur rédaction".

Lire la suite...

Sport: l'investigation à la limite du hors-jeu?

Sport: l'investigation à la limite du hors-jeu?

Corruption, dopage, paris truqués… Le milieu du sport ne manque pas de zones d’ombres. Autant de sujets potentiels sur lesquels travailler pour des journalistes d’investigation. Pourtant, la place réservée à ces enquêtes est réduite à portion congrue. La presse spécialisée, proche des acteurs, ne semble pas vouloir s’en emparer. Pour les médias généralistes, enquêter sur les affaires du sport n’est pas non plus une évidence…

Lire la suite...

Webjournalisme: ma source s'appelle 72.678.456.393

Webjournalisme: ma source s'appelle 72.678.456.393

Trois milliards d'internautes dans le monde. Autant de collaborateurs potentiels pour les journalistes d'investigation. Par Twitter, Facebook, Skype ou Wikileaks, le Net est devenu incontournable pour mener une enquête. Mais avec des sources anonymes et virtuelles, le journaliste doit repenser ses méthodes. Concert de Muse à Paris - Photo: James Cridland - Licence Creative Commons

Lire la suite...

“Etre journaliste d’investigation, c’est accepter que ta vie soit sur écoute, violée”

“Etre journaliste d’investigation, c’est accepter que ta vie soit sur écoute, violée”

Ils ont six cartes SIM, annulent leurs vacances la veille du départ pour obtenir une information, retrouvent leurs poubelles fouillées, leurs pneus crevés. En s’attaquant entre autres aux narcotrafiquants et aux secrets d’Etat, les journalistes d’investigation deviennent des cibles. Leur entourage aussi.  

Lire la suite...

Face aux lobbies: comment les journalistes déjouent «la fabrication du doute»

Face aux lobbies: comment les journalistes déjouent «la fabrication du doute»

Bisphénol A : rarement un polluant n’a été si présent dans notre environnement. Les industriels en raffolent… mais sa toxicité semble avérée et ses fabricants n’ont pas l’intention de le laisser interdire. Des journalistes et des écrivains ont enquêté sur ce produit qui disent-ils "nous intoxique". Décryptage.

Lire la suite...

Journalistes et ONG au cœur de l'enquête

Journalistes et ONG au cœur de l'enquête

Le journalisme d'investigation sur les multinationales est confronté à de nombreux défis à l'heure d'une économie mondialisée dans lequel les flux financiers circulent aux quatre coins de la planète. Le conflit qui oppose les habitants de Santa-Cruz de Barillas dans le nord du Guatemala à une entreprise espagnole d'hydro-électricité est emblématique de ces nouvelles évolutions.

Lire la suite...

Nestlé : le géant qui murmure

Nestlé : le géant qui murmure

"Un Empire en Afrique", "Un Empire dans mon assiette", "Nestlé, le business de l’eau en bouteille" ou "Les Alimenteurs" sont autant de documentaires télévisés qui fouillent les intentions du premier groupe agroalimentaire au monde Nestlé. Comment ces journalistes enquêtent-ils sur les multinationales de l’agroalimentaire? Nestlé répond-il aux demandes des journalistes?

Lire la suite...

Comment enquêter sur l'État islamique?

Comment enquêter sur l'État islamique?

Pénétrer au cœur de l’État islamique représente pour tout journaliste un défi qui frôle l’impossible. Mais Medyan Dairieh, journaliste palestinien, y est parvenu. Pendant dix jours, il a filmé pour Vice News les combattants du groupe djhadiste à Rakka, en pleine Syrie, le pays le plus meurtrier pour les reporters. Forts de leur expérience sur le terrain, David Thomson et Hala Kodmani pointent les qualités et les insuffisances de ce reportage unique.

Lire la suite...

Écoute-moi si tu peux

Écoute-moi si tu peux

“L'espionnage gratuit, à portée de tous” selon Yann Saint-Sernin, voilà ce qui nous tend les bras. Le journaliste de Sud-Ouest a réussi très facilement à mettre sur écoute Yves Harté, le directeur de l'information du journal, avec son consentement. Les écoutes ne sont donc plus l’apanage de la NSA, de la CIA ou du MI-6, mais disponibles pour tous, journalistes y compris. Tous écoutés et tous écoutants, alors ? Et les journalistes souffrent-ils, voire même, utilisent-ils ces nouvelles méthodes

Lire la suite...

El Mundo: chien de garde muselé?

El Mundo: chien de garde muselé?

  El Mundo, deuxième quotidien généraliste le plus lu, se présente comme le fier tenant du journalisme d’investigation en Espagne. Le titre a révélé des affaires qui ont étrillé les sphères du pouvoir et des finances. Aujourd’hui, le journal est dans l’œil du cyclone de la crise financière, et sa crédibilité est de plus en plus remise en cause.

Lire la suite...

Enquêtes sans frontières: la France à l’écart

Avril 2013, une étrange organisation fait la une des médias. Au détour des révélations du Monde sur la participation de Jean-Jacques Augier, l’ancien trésorier de campagne de François Hollande, dans des sociétés offshores, les journalistes français semblent découvrir l’International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ).

Lire la suite...

Filières jihadistes: comment enquêter?

Filières jihadistes: comment enquêter?

Mercredi 16 octobre 2014, un Marocain résidant en France est arrêté à l’aéroport de Casablanca alors qu’il tentait de rejoindre Daesh par la Turquie avec ses deux petites filles.

Lire la suite...

Journalisme et services secrets, les liaisons dangereuses

Journalisme et services secrets, les liaisons dangereuses

Le journalisme d'investigation s'évertue a révéler l'information cachée, secrète. Sur son chemin, il croise parfois la route des services secrets. Quels rapports entretiennent deux professions qui – finalement – travaillent la même matière : l'information ? Rencontre avec les journalistes qui évoluent en terrain miné.

Lire la suite...

L'Éléphant Déchaîné: tentatives d'investigations en Côte d'Ivoire

L'Éléphant Déchaîné: tentatives d'investigations en Côte d'Ivoire

Devanture d'un vendeur de journaux. Devant la "titrologie", les Ivoiriens aiment se réunir pour commenter l'actualité.   "C'est extrêmement dangereux, nous sommes pratiquement au quotidien menacés de mort, menacés d'enlèvement. On reçoit des mails, souvent très précis, sur notre vie, sur nos enfants. Donc, le contexte n'est pas très favorable à ce genre de journalisme."

Lire la suite...

Les 11 commandements de l'État islamique aux journalistes

Le 7 octobre, Syria Deeply, un pureplayer spécialisé dans le conflit syrien, publiait une liste de onze règles édictées par l’État islamique à l’attention des journalistes de la région de Deir-al-Zour. Ignacio Cembrero, du quotidien espagnol El Mundo, spécialiste du djihadisme, décrypte pour La fabrique de l’info ces “Onze commandements” :

Lire la suite...

Patrick Denaud : le journaliste devenu agent secret

Patrick Denaud : le journaliste devenu agent secret

Journaliste et agent secret, un dangereux mélange des genres. Patrick Denaud, caméraman aguerri, plonge dans l'univers des services secrets au début des années 90. Il y collabore jusqu'en 2002 sous couverture de journaliste. Une histoire hors norme.

Lire la suite...

Sénégal: quand le fils du président met à l'épreuve le journalisme d'investigation

Sénégal: quand le fils du président met à l'épreuve le journalisme d'investigation

Karim Wade, le fils de l'ancien président du Sénégal est soupçonné d'enrichissement illicite. Il comparait à l'automne 2014 devant la justice. Entre le début de l'affaire et la tenue du procès, la presse d'investigation sénégalaise fut au centre d'une série de révélations sur le sujet.Travail d'enquête, sources, pressions et autocensure. État des lieux du journalisme d'investigation au Sénégal par le prisme de l'affaire Wade.

Lire la suite...