Journalisme d'investigation: et après?

Mediator, sang contaminé, écoutes de la NSA : quand ces affaires sont publiées, le scandale éclate... et après? Quelques semaines, quelques mois, quelques années plus tard, que reste-t-il de ces enquêtes?

Pilules Mediator
Le Mediator : un exemple de l'effet de la pression journalistique

Dans l'idéal, on aimerait à penser que des garde-fous ont été mis en place, que les coupables ont été traduits en justice, que des lois empêchent désormais ces sombres histoires de se reproduire. Mais dans les faits, ce n'est pas toujours le cas.
À travers trois exemples, trois affaires qui ont bouleversé notre société, la Fabrique de l'info vérifie le service après-vente des grandes enquêtes du journalisme d'investigation à la française.

 

Mediator

Le scandale du Mediator éclate a posteriori, c'est à dire près d'un an après le retrait du médicament du marché français en 2009. Selon Paul Benkimoun du journal le Monde, toute l'affaire éclate quand les laboratoires Servier attaquent le livre d'Irène Frachon, Mediator 150 mg, combien de morts. L'oeil des médias et des politiques est attiré, il faut réformer.

Chronologie de l'affaire
1976 : commercialisation du benfluorex par les laboratoires Servier sous le nom de Mediator. La molécule est à l'origine prescrite pour traiter le diabete de type 2, mais va très vite être utilisée comme coupe-faim.
1997 : La revue spécialisée Prescrire critique l'efficacité du médicament, et parle d'éventuels risques cardiovasculaires. 300 000 patiens ont déjà pris du Mediator.
1998 : La Suisse retire le médicament de son marché.
2003 : L'Espagne retire le médicament de son marché.
2004 : L'Italie retire le médicament de son marché.
2006 : La Haute Autorité de Santé pointe du doigt les risques liés au benfluorex, mais ne demande pas son retrait.
2007 : Irène Frachon constate des cas d'atteinte cardiaques chez des patiens traités au benfluorex.
Juin 2009 : Irène Frachon publie "Mediator 150 mg, combien de morts ?". Servier attaque l'auteure à cause du sous-titre et gagne en première instance. Le titre devient "Mediator 150 mg, sous-titre censuré", mais le jugement sera annulé en appel en 2011.
Novembre 2009 : L'Agence du médicament (Afssaps à l'époque) retire le Mediator du marché français.
Novembre 2010 : Articles du Figaro sur deux études qui évaluent entre 500 et 2000 le nombre de morts causées par le Mediator.
Septembre 2011 : Mise en examen de Jacques Servier, 89 ans, à Nanterre.
2012 : L'Agence du médicament se réforme et change de nom, d'Afssaps à ANSM.
Mars 2013 : Mise en examen de l'Agence du médicament
(Avril 2014 : Mort de Jacques Servier)

Le procès de Jacques Servier, conséquence directe et évidente du scandale du Mediator laissera probablement peu de traces durables dans notre société. Sa condamnation – et celle de plusieurs autres personnes de son laboratoire – n'empêcherait pas aujourd'hui un autre industriel avide de profits de lancer un Mediator bis. Certes, l'action en justice a fait passer le message que l'impunité n'est pas totale, mais celle-ci n'intervient qu'une fois que le mal est fait.

La réforme de l'Agence du médicament est plus intéressante, car elle dote la nouvelle entité de plusieurs pouvoirs, et impose certains garde-fous.

Du côté de ses nouveaux pouvoirs, l'Agence du médicament (désormais ANSM) peut demander aux laboratoires de mener des tests comparatifs lors de la sortie d'un nouveau médicament. Ces tests ne seront cependant obligatoires que lorsque le laboratoire souhaitera voir son nouveau produit remboursé par la sécurité sociale.

Côté garde-fous, les responsables et experts des autorités sanitaires devront faire part de leurs liens avec l'industrie pharmaceutique dans les cinq dernières années. Cela facilitera les futurs travaux d'enquête, mais n'empêchera pas nécessairement un homme de paille de faire des dégâts.

"La plus lucrative, la plus cynique, la moins éthique de toutes les industries"

La phrase vient d'un rapport de Bernard Debré (député UMP et urologue) et Philippe Even (président de l'Institut Necker) sorti en 2011. Voilà peut-être l'impact le plus durable de ce scandale sanitaire : la perte de confiance dans l'industrie du médicament. Une critique qui fait écho à l'affaire du sang contaminé. Plus ancienne, plus meutrière, et plus infamante pour le journalisme.

Verdict: une affaire similaire pourrait se reproduire, mais les risques encourus par d'éventuels coupables ont grandement augmenté.

Sang contamine

Quand une journaliste santé tombe sur un scandale medico-industriel

Le scandale du sang contaminé

"Avant tout, ne pas nuire"

Retour en 1985: le virus du sida a été identifié, et la France commence à chauffer les poches de sang pour les décontaminer. Mais que faire des poches qui ne peuvent être assainies, faute de temps ? Jeter ce qui représente 4 millions de francs à l'époque? Le Centre national de la transfusion sanguine a une meilleure idée: les écouler auprès des hémophiles déjà contaminés par la maladie, sans même leur signaler le danger.

Chronologie de l'affaire
1981 : Description des premiers cas de sida.
1983 : Identification du virus responsable de la maladie. L'OMS recommande d'écarter les sujets "à risque sexuel"(comprendre : les homosexuels) des collecte de sang.
1984 : Découverte d'une technique permettant d'éliminer le VIH des poches de sang par chauffe.
Août1985 : Dépistage systématique des donneurs de sang, mais le dépistage ne concerne pas les stocks de poches. 95% des hémophiles sont déjà contaminés par le sida.
Octobre 1985 : Les poches de sang non chauffées, et donc potentiellement infectées, cessent d'être remboursées, mais continuent de circuler auprès des hémophiles identifiés comme séropositifs.
1986 : Rapport du Centre national de transfusion sanguine (CNTS), qui mentionne 2000 personnes contaminées par transfusion.
1991 : Anne-Marie Casteret, journaliste santé, publie un article prouvant que le CNTS a sciemment distribué des poches contaminées aux hémophiles.
1992 : Quatre médecins, dont Michel Garretta, ancien directeur du CNTS, se retrouvent devant la justice pour des faits de tromperie et non-assistance à personne en danger.

La première conséquence pour Anne-Marie Casteret, qui révèle l'affaire, c'est l'ostracisation dont elle a été victime de la part du milieu médical, des politiques, mais aussi celle supposée de certains confrères.

Voici ce qu'elle écrit dans un article paru dans Libération le 18 Février 1999:

"Je me souviens de la nuit que j'ai passée. Je me souviens de la sonnerie du téléphone dès les premières heures du matin. Je me souviens des appels angoissés des malades, des engueulades du milieu médical, du chantage au séropositif qu'on suicide, au transfusé qu'on affole. Je me souviens de mon papier du lendemain, dans lequel j'écrivais: 'Pas de panique, entre le danger du sida et celui de refuser une transfusion vitale, il ne faut pas hésiter.' Nous soufflions le chaud et le froid. Nous avancions d'un pas pour reculer de deux."

Selon Guillaume Malaurie de l'Express, proche d'Anne-Marie Casteret - aujourd'hui décédée - deux journalistes du Monde auraient été peu objectifs dans leur traitement de l'affaire. Notamment en cause, leurs liens avec le corps médical et l'industrie des tests de dépistage, pour lesquels ils auraient effectué des prestations de communication. Seule trace d'un soutien quelconque du Monde à l'industrie médicale de l'époque, cet article attaquant l'impartialité des juges du procès.

Casteret écrira sur les suites de la publication de l'affaire:

"Les journalistes spécialisés se divisent. D'un côté, les partisans de la version officielle: méconnaissances de l'époque et erreur collective, comme Le Monde, TF 1, Antenne 2. Dans l'autre camp, ceux qui refusent cette trop commode lecture de l'Histoire et insistent sur la responsabilité individuelle de certains décideurs - c'est le choix de L'Evénement, de L'Express, de France-Inter, de RTL, du Canard, de Libération, etc [...] Se lèvent alors des sociologues, des juristes, des psychanalystes, qui s'improvisent biologistes, statisticiens, historiens. Ils ont tous quelque chose à dire, mais rien à apprendre. Ils débitent un chapelet d'erreurs avec une manifeste absence de rigueur qui nous laisse pantois".

Autre élément d'isolement, l'ouvrage de Casteret, L'Affaire du sang, est très difficile à trouver en librairie. Même sur le site de la plus grande chaîne française de librairies, le livre n'est disponible qu'en occasion. Toujours selon Guillaume Malaurie, il faudrait y voir là aussi la main du Monde, en effet influent dans les librairies de l'hexagone. L'auteure, elle, dédicacera le livre à son ami de ces mots: "Ce livre qui n'existe pas".

"Le 19 juin [1985], cinq jours après le forcing des quotidiens, Laurent Fabius annonce solennellement à l'Assemblée nationale le dépistage systématique des dons du sang"

Quant aux conséquences législatives, les réformes engagées ont permis de revoir l'ensemble de la chaîne du sang, de la collecte à la transfusion. Le dépistage est désormais obligatoire et systématique, et il n'y a plus de collecte auprès des populations à risque.

On peut aussi compter le procès des médecins (et celui, infructueux, des politiques) parmi les conséquences de l'affaire du sang contaminé, mais cela reste encore du domaine du curatif, non du préventif.

Verdict: une affaire similaire pourrait difficiliement se reproduire, si ce n'est par une grave négligence impliquant simultanément plusieurs personnes dans plusieurs organismes à la fois.

Cahuzac bis

L'affaire Cahuzac

Chronologie de l'affaire
2008 : Rémy Garnier, agent du fisc adresse à sa hiérarchie un rapport dans lequel il parle d'un "compte bancaire à numéro en Suisse" ouvert par Jérôme Cahuzac.
4 décembre 2012 : Mediapart publie un article affirmant que Cahuzac, alors ministre du Budget, a eu un compte bancaire secret en Suisse jusqu'en 2010. L'interéssé dément immédiatement l'accusation.
5 décembre 2012 : Mediapart met en ligne un enregistrement entre Jérôme Cahuzac et Hervé Dreyfus, son gestionnaire de fortune en 2000.
7 décembre 2012 : Ouverture d'une enquête préliminaire par le parquet de Paris pour diffamation contre Mediapart.
8 janvier 2013 : Ouverture d'une enquête préliminaire pour blanchiment de fraude fiscale contre Jérôme Cahuzac.
24 janvier 2013 : Les experts de la police scientifique authentifient l'enregistrement diffusé par Mediapart.
16 avril 2013 : Jérôme Cahuzac s'excuse en direct et reconnait tous les faits déjà découverts par l'enquête des juges.
Il renonce à son poste de ministre et à son mandat de député.
24 avril 2013 : création d'une commission d'enquête sur l'action du gouvernement entre le 4 décembre 2012 et le 2 avril 2013.

Selon Fabrice Arfi, de Mediapart :

"Le problème dans cette histoire, ce n'est pas que Jérôme Cahuzac ait menti, c'est que son mensonge ait été accompagné. Accompagné par une partie importante du système médiatique, accompagné par une partie du gouvernement"

Effectivement, il a fallu attendre les aveux du ministre pour qu'une commission d'enquête parlementaire soit créée pour passer au peigne fin le rôle du gouvernement.

Mais l'impact le plus fort de l'affaire Cahuzac se fait sentir dans le domaine législatif. Il aura fallu cette explosion pour déclencher une rafale de lois et de décrets favorisant la transparence chez les élus.

À retenir, la publication désormais obligatoire du patrimoine des élus, saluée par toutes les associations qui militent pour la transparence. Même si dans les faits, ces déclarations s'avèrent souvent cocasses, manuscrites et farfelues.

Plus sérieux, la création d'une Haute autorité sur la transparence de la vie publique, le renforcement des moyens humains et financiers de la police, de la justice et de l'administration fiscale et l'interdiction de mandat pour les élus condamnés pour fraude fiscale ou corruption.

Verdict : Comme pour le Mediator, une affaire similaire pourrait se reproduire, mais plus difficilement. Il suffit de voir le cas encore récent de Thomas Thévenoud: si celui-ci a bien rempli sa déclaration de patrimoine, personne dans les services fiscaux ne l'a vérifiée avant qu'il n'entre au gouvernement. Par la suite, ces mêmes services n'ont pas tardé à tirer la sonnette d'alarme, ce qui n'avait pas été le cas pour Cahuzac. Les enquêtes ont donc été facilitées, mais il reste beaucoup à faire pour que la France devienne exemplaire en matière de transparence en politique.

Robin Lambert

decryptage

industrie

Enquête à livre ouvert

Enquête à livre ouvert

Frustrés par la cadence et le manque d'espace dans leurs journaux, un nombre croissant de journalistes ont choisi le livre pour publier leurs investigations. Certaines tomberont dans l'oubli, d'autres feront les gros titres. Trois enquêteurs-écrivains et une éditrice nous révèlent leurs secrets de fabrication.

Lire la suite...

Journalisme d'investigation: et après?

Journalisme d'investigation: et après?

Mediator, sang contaminé, écoutes de la NSA : quand ces affaires sont publiées, le scandale éclate... et après? Quelques semaines, quelques mois, quelques années plus tard, que reste-t-il de ces enquêtes? Le Mediator : un exemple de l'effet de la pression journalistique

Lire la suite...

L'avocat au secours du journaliste

Etre journaliste d'investigation, c'est souvent jouer avec le risque du procès. Et pour éviter la condamnation, avant de publier une enquête, l'aide d'un avocat peut s'avérer utile.

Lire la suite...

L'enquête, un défi pour la presse locale

L'enquête, un défi pour la presse locale

Quels sont les moyens alloués aux journalistes de la presse locale pour enquêter ? La Fabrique de l'info est partie à la rencontre des rédacteurs qui tentent d'apporter une plus-value à leur Quotidien.

Lire la suite...

L'investigation à la marseillaise

L'investigation à la marseillaise

A Marseille, les journalistes qui souhaitent faire de l'investigation rencontrent de nombreux obstacles. Qu’ils soient indépendants ou qu’ils rédigent pour un quotidien régional, ils font face aux mêmes difficultés et tentent de franchir les barrières dressées sur leur route dans un même but : dévoiler le côté obscur de la ville.  

Lire la suite...

Petit écran : coup de projecteur sur l'investigation

Le 15 septembre 2014, l’émission d’investigation En quête d’actualité, diffusée sur D8, a été épinglée par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) pour son reportage intitulé " J’ai infiltré une section du Front National", tourné en caméra cachée pendant la campagne municipale d’Hugues Sion à Lens (Pas-de-Calais). La polémique a relancé le débat autour de la légitimité des procédés d’investigation à la télévision, et interroge également la crédibilité des journalistes ainsi que la mise en scène de ces enquêtes.

Lire la suite...

Polynésie française: journalistes sous contrôle

Polynésie française: journalistes sous contrôle

Derrière les images de cartes postales, la Polynésie française cache les difficultés des journalistes à exercer leur profession. Sur ces îles du Pacifique faisant partie intégrante de la République française, la presse n'est pas aussi libre qu'on pourrait le penser. Promiscuité, pressions ou connivence, enquête sur les conditions d'exercice du journalisme d'investigation à 18 000 km de la métropole.

Lire la suite...

Quand les journalistes enquêtent sur le journalisme

"J’ai un excellent souvenir de cette enquête: L’Équipe, j’y allais tous les jours, j’étais comme à la maison". Le journaliste David Garcia a pris deux ans pour enquêter sur L’Équipe, quotidien sportif de référence. Une investigation impossible? "Ça n’a pas été l’enquête la plus difficile de ma carrière, mais la plus prenante". Un milieu fermé? "Tous les journalistes ont été bavards". Des méthodes différentes? "Ce sont exactement les mêmes méthodes, les mêmes techniques. Sauf que les journalistes m’ont ouvert leur rédaction".

Lire la suite...

Sport: l'investigation à la limite du hors-jeu?

Sport: l'investigation à la limite du hors-jeu?

Corruption, dopage, paris truqués… Le milieu du sport ne manque pas de zones d’ombres. Autant de sujets potentiels sur lesquels travailler pour des journalistes d’investigation. Pourtant, la place réservée à ces enquêtes est réduite à portion congrue. La presse spécialisée, proche des acteurs, ne semble pas vouloir s’en emparer. Pour les médias généralistes, enquêter sur les affaires du sport n’est pas non plus une évidence…

Lire la suite...

Webjournalisme: ma source s'appelle 72.678.456.393

Webjournalisme: ma source s'appelle 72.678.456.393

Trois milliards d'internautes dans le monde. Autant de collaborateurs potentiels pour les journalistes d'investigation. Par Twitter, Facebook, Skype ou Wikileaks, le Net est devenu incontournable pour mener une enquête. Mais avec des sources anonymes et virtuelles, le journaliste doit repenser ses méthodes. Concert de Muse à Paris - Photo: James Cridland - Licence Creative Commons

Lire la suite...

“Etre journaliste d’investigation, c’est accepter que ta vie soit sur écoute, violée”

“Etre journaliste d’investigation, c’est accepter que ta vie soit sur écoute, violée”

Ils ont six cartes SIM, annulent leurs vacances la veille du départ pour obtenir une information, retrouvent leurs poubelles fouillées, leurs pneus crevés. En s’attaquant entre autres aux narcotrafiquants et aux secrets d’Etat, les journalistes d’investigation deviennent des cibles. Leur entourage aussi.  

Lire la suite...

Face aux lobbies: comment les journalistes déjouent «la fabrication du doute»

Face aux lobbies: comment les journalistes déjouent «la fabrication du doute»

Bisphénol A : rarement un polluant n’a été si présent dans notre environnement. Les industriels en raffolent… mais sa toxicité semble avérée et ses fabricants n’ont pas l’intention de le laisser interdire. Des journalistes et des écrivains ont enquêté sur ce produit qui disent-ils "nous intoxique". Décryptage.

Lire la suite...

Journalistes et ONG au cœur de l'enquête

Journalistes et ONG au cœur de l'enquête

Le journalisme d'investigation sur les multinationales est confronté à de nombreux défis à l'heure d'une économie mondialisée dans lequel les flux financiers circulent aux quatre coins de la planète. Le conflit qui oppose les habitants de Santa-Cruz de Barillas dans le nord du Guatemala à une entreprise espagnole d'hydro-électricité est emblématique de ces nouvelles évolutions.

Lire la suite...

Nestlé : le géant qui murmure

Nestlé : le géant qui murmure

"Un Empire en Afrique", "Un Empire dans mon assiette", "Nestlé, le business de l’eau en bouteille" ou "Les Alimenteurs" sont autant de documentaires télévisés qui fouillent les intentions du premier groupe agroalimentaire au monde Nestlé. Comment ces journalistes enquêtent-ils sur les multinationales de l’agroalimentaire? Nestlé répond-il aux demandes des journalistes?

Lire la suite...

Comment enquêter sur l'État islamique?

Comment enquêter sur l'État islamique?

Pénétrer au cœur de l’État islamique représente pour tout journaliste un défi qui frôle l’impossible. Mais Medyan Dairieh, journaliste palestinien, y est parvenu. Pendant dix jours, il a filmé pour Vice News les combattants du groupe djhadiste à Rakka, en pleine Syrie, le pays le plus meurtrier pour les reporters. Forts de leur expérience sur le terrain, David Thomson et Hala Kodmani pointent les qualités et les insuffisances de ce reportage unique.

Lire la suite...

Écoute-moi si tu peux

Écoute-moi si tu peux

“L'espionnage gratuit, à portée de tous” selon Yann Saint-Sernin, voilà ce qui nous tend les bras. Le journaliste de Sud-Ouest a réussi très facilement à mettre sur écoute Yves Harté, le directeur de l'information du journal, avec son consentement. Les écoutes ne sont donc plus l’apanage de la NSA, de la CIA ou du MI-6, mais disponibles pour tous, journalistes y compris. Tous écoutés et tous écoutants, alors ? Et les journalistes souffrent-ils, voire même, utilisent-ils ces nouvelles méthodes

Lire la suite...

El Mundo: chien de garde muselé?

El Mundo: chien de garde muselé?

  El Mundo, deuxième quotidien généraliste le plus lu, se présente comme le fier tenant du journalisme d’investigation en Espagne. Le titre a révélé des affaires qui ont étrillé les sphères du pouvoir et des finances. Aujourd’hui, le journal est dans l’œil du cyclone de la crise financière, et sa crédibilité est de plus en plus remise en cause.

Lire la suite...

Enquêtes sans frontières: la France à l’écart

Avril 2013, une étrange organisation fait la une des médias. Au détour des révélations du Monde sur la participation de Jean-Jacques Augier, l’ancien trésorier de campagne de François Hollande, dans des sociétés offshores, les journalistes français semblent découvrir l’International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ).

Lire la suite...

Filières jihadistes: comment enquêter?

Filières jihadistes: comment enquêter?

Mercredi 16 octobre 2014, un Marocain résidant en France est arrêté à l’aéroport de Casablanca alors qu’il tentait de rejoindre Daesh par la Turquie avec ses deux petites filles.

Lire la suite...

Journalisme et services secrets, les liaisons dangereuses

Journalisme et services secrets, les liaisons dangereuses

Le journalisme d'investigation s'évertue a révéler l'information cachée, secrète. Sur son chemin, il croise parfois la route des services secrets. Quels rapports entretiennent deux professions qui – finalement – travaillent la même matière : l'information ? Rencontre avec les journalistes qui évoluent en terrain miné.

Lire la suite...

L'Éléphant Déchaîné: tentatives d'investigations en Côte d'Ivoire

L'Éléphant Déchaîné: tentatives d'investigations en Côte d'Ivoire

Devanture d'un vendeur de journaux. Devant la "titrologie", les Ivoiriens aiment se réunir pour commenter l'actualité.   "C'est extrêmement dangereux, nous sommes pratiquement au quotidien menacés de mort, menacés d'enlèvement. On reçoit des mails, souvent très précis, sur notre vie, sur nos enfants. Donc, le contexte n'est pas très favorable à ce genre de journalisme."

Lire la suite...

Les 11 commandements de l'État islamique aux journalistes

Le 7 octobre, Syria Deeply, un pureplayer spécialisé dans le conflit syrien, publiait une liste de onze règles édictées par l’État islamique à l’attention des journalistes de la région de Deir-al-Zour. Ignacio Cembrero, du quotidien espagnol El Mundo, spécialiste du djihadisme, décrypte pour La fabrique de l’info ces “Onze commandements” :

Lire la suite...

Patrick Denaud : le journaliste devenu agent secret

Patrick Denaud : le journaliste devenu agent secret

Journaliste et agent secret, un dangereux mélange des genres. Patrick Denaud, caméraman aguerri, plonge dans l'univers des services secrets au début des années 90. Il y collabore jusqu'en 2002 sous couverture de journaliste. Une histoire hors norme.

Lire la suite...

Sénégal: quand le fils du président met à l'épreuve le journalisme d'investigation

Sénégal: quand le fils du président met à l'épreuve le journalisme d'investigation

Karim Wade, le fils de l'ancien président du Sénégal est soupçonné d'enrichissement illicite. Il comparait à l'automne 2014 devant la justice. Entre le début de l'affaire et la tenue du procès, la presse d'investigation sénégalaise fut au centre d'une série de révélations sur le sujet.Travail d'enquête, sources, pressions et autocensure. État des lieux du journalisme d'investigation au Sénégal par le prisme de l'affaire Wade.

Lire la suite...